Coaching 

☎️ 07.60.64.88.81

Blog

Blog

afficher :  plein / résumé

Le monde d'Aujourd'hui

Publié le 6 mars 2019 à 7:15 Comments commentaires (1594)

Offre découverte - Petit déjeuner du 9 mars 2019

Publié le 4 mars 2019 à 11:55 Comments commentaires (1675)

You need Adobe Flash Player to view this content.

Demain, les profils atypiques seront la norme

Publié le 4 mars 2019 à 9:50 Comments commentaires (1434)


Unique(s), c'est le titre du nouvel ouvrage du cofondateur de Talentsoft. Destiné au grand public, ce livre s'appuie sur des références du cinéma et de la littérature pour imaginer notre future société apprenante. Autour du concept de singularité, il crée des ponts entre l'entreprise, les intelligences artificielles et les approches alternatives de l'éducation. Interview de son auteur Alexandre Pachulski. Pourquoi l'entreprise doit-elle s'inspirer des écoles alternatives type Montessori ou Steiner ? Leur objet est le même : développer les compétences dont on va avoir besoin aujourd'hui et demain. Des écoles alternatives, il y en a des bonnes et des moins bonnes, mais elles ont une force en commun : elles se focalisent sur chaque individu en tant qu'être singulier. Autrement dit, elles ne partent pas du principe que les mêmes méthodes de transmission fonctionnent pour tous les enfants. L'approche du "one-size fits all" n'est plus imaginable en entreprise. Il ne l'a jamais été en réalité, mais les intelligences artificielles vont offrir des moyens de personnaliser la formation ou le management en fonction de la personnalité des individus. C'est cette approche d'"adaptive learning", qui est le plus inspirant pour l'entreprise. Pourquoi la cote des profils atypiques est-elle vouée à remonter en entreprise ? Face à l'évolution des technologies et à l'obsolescence des compétences, la plupart des problèmes auxquels l'entreprise est confrontée sont nouveaux. Quand on sait que la majorité des jobs en 2030 n'existent pas aujourd'hui, l'entreprise aura tout intérêt à recruter des profils atypiques car ils sont déjà entraînés à s'adapter à des situations nouvelles. Une personne avec un parcours atypique n'est jamais prête, mais elle sait comment développer ses compétences, où aller les chercher, etc. Aujourd'hui, ces profils ne sont pas reconnus ni appréciés des recruteurs. Demain, ils deviendront la norme car l'entreprise en aura cruellement besoin pour faire face au quotidien. Qu'est-ce qu'un profil atypique ? Cela n'a rien à voir avec le fait d'avoir fait ou non de grandes études. Du point de vue pragmatique, nous vivons dans un monde où les étudiants en informatique sont destinés à devenir informaticiens. Sitôt qu'un individu a le courage de sortir de son domaine d'expertise, guidé par son envie ou son inspiration, il se voit coller l'étiquette de profil atypique. Un ancien comptable qui candidate à un poste de monteur vidéo, par exemple. Ces profils sont de plus en plus nombreux, car ils cherchent une voie dans laquelle s'épanouir et pas forcément une carrière pour gagner de l'argent. Les questions de la quête de sens et du bien-être se font de plus en plus pressantes. A quoi bon défendre la singularité humaine face à des machines surpuissantes ? La majorité des gens sont déjà des robots. Quand un recruteur filtre des CV seulement en fonction du nombre d'années d'études et du niveau TOEIC, c'est un robot. A l'inverse, dès lors qu'il prend en compte la singularité des individus, il fait quelque chose que les robots ne sauront jamais faire : laisser parler la relation, les sentiments, voire même le feeling. C'est justement ce ressenti, qui fait la différence quand on veut embaucher quelqu'un. Peut-être que les IA auront un jour une forme d'intuition car elles pourront détecter un pattern de comportements. Mais dès lors que la singularité sera valorisée, la créativité et l'intuition seront bien plus que de simples patterns. Ce sera sans doute l'objet de mon prochain livre. Par Gaëlle Fillion | le mercredi 16 janvier 2019 | Gestion des talents

Etude : où en est le télétravail en France ?

Publié le 1 mars 2019 à 9:00 Comments commentaires (1584)


Télétravail, une pratique en hausse à accompagner - Février 2019

Partager

Aujourd’hui, 29% des salariés français déclarent télétravailler, chiffre en hausse de 4 points depuis 2017 ! Depuis les ordonnances Macron simplifiant son recours, le télétravail continue de gagner du terrain. Mais derrière cette démocratisation progressive du télétravail se cache un phénomène complexe, à double tranchant, qui explique la persistance de certaines réticences et implique l’orchestration de solutions managériales adaptées.

L’essentiel de l’étude par Anne-Sophie Godon-Rensonnet, Directrice Veille et Innovation de Malakoff Médéric Humanis

Le télétravail, une pratique en hausse

Marginale la pratique du télétravail en France ? De moins en moins d’après les résultats de notre deuxième étude sur ce nouveau mode de travail[1]. Longtemps à la traîne par rapport à nos voisins scandinaves, la France serait en passe de rattraper son retard. Avec un nombre croissant de salariés et d’entreprises qui le pratiquent, le télétravail connaît un véritable essor. Une augmentation en partie liée à la hausse de la pratique contractualisée du télétravail (+50% par rapport à 2017). Mais cette institutionnalisation progressive n’est toutefois pas assez significative pour contre balancer le modèle dominant : le télétravail informel beaucoup plus pratiqué (21% des salariés vs 19 % en 2017) (22% d’entreprises vs 18% en 2017).

Le télétravail reste également ponctuel avec en moyenne 7 jours par mois passés en télétravail ce qui est proche de la durée idéale perçue par les salariés (6,7 jours). Et ce malgré sa forte attractivité.

Un télétravail nommé désir

56% des salariés aimeraient bénéficier du télétravail et 62% parmi ceux dont le métier ne le permet pas.

Le télétravail séduit de plus en plus parce qu’il répond au besoin croissant de souplesse et d’autonomie exprimés par les salariés pour mieux articuler leur vie pro et perso. En effet, depuis 10 ans, la durée des trajets pour se rendre au travail s’est allongée ce qui a pour conséquence directe de fragiliser l’équilibre entre la vie pro perso ainsi que la santé des collaborateurs. C’est donc sans surprise que, parmi les raisons qui poussent les salariés à demander le télétravail se trouve en tête de liste, la réduction du temps de trajets (cités par 54% des télétravailleurs) suivi de la souplesse des horaires (36%).

Mais loin d’être bâtie sur du sable, sa popularité est effective et s’éprouve sur le terrain. Dans la pratique, le télétravail est, en effet, largement plébiscité. Sur les 29% de télétravailleurs, près de 8 sur 10 en sont satisfaits. Et chez les managers qui encadrent des télétravailleurs, ils sont à 83 % à être favorables au télétravail contre 45 % qui n’encadrent pas 

Ainsi, si le télétravail séduit de plus en plus, ce n’est pas parce que sa popularité résulte d’un effet de mode managériale mais plutôt de sa mise en pratique effective qui produirait des résultats escomptés sur le bien-être et la productivité des salariés.

Télétravailler pour mieux travailler

Télétravailleurs, managers et dirigeants, tous sont unanimes : le télétravail améliorerait la qualité de vie au travail et la performance.

Une fatigue qui diminue, une santé qui s’améliore, un sommeil nettement meilleur tels sont les bénéfices du télétravail perçus par une très large majorité de salariés sur leur santé. Pour 85% d’entre eux, le télétravail permet également de trouver un meilleur équilibre entre vie pro et perso. Du côté des dirigeants, le télétravail produit aussi des bénéfices sur le bien-être des salariés : pour 92% des interrogés, cette pratique permettrait une meilleure qualité de vie au travail.

Mais loin de se cantonner au seul périmètre de la santé et du bien-être, le télétravail renforce également la productivité des salariés ce qui bat en brèche le cliché du salarié en jogging sur son canapé en train de faire du binge watching sur Netflix !

Plus au calme, plus détendus et moins fatigués, les télétravailleurs bénéficient de conditions de travail plus favorables à la concentration qu’au bureau. Ainsi, près de 9 télétravailleurs sur 10 estiment gagner en efficacité dans leur travail. Point de vue partagé par 67% des managers qui encadrent les télétravailleurs ainsi que par les dirigeants : 79% d’entre eux estiment que le télétravail permet un engagement accru et une plus grande productivité des équipes.

Plus productifs, les télétravailleurs gagneraient également en autonomie et en responsabilité pour 91% des dirigeants et pour plus de 7 managers sur 10.

En instillant plus d’autonomie, le télétravail serait un des leviers pour lutter contre la crise de motivation et le désengagement des salariés de plus en plus important dans les entreprises. Pour 83% des salariés, le télétravail booste leur engagement.

Autre bénéfice majeur du télétravail : la baisse de l’absentéisme. Ils sont près la moitié des dirigeants (49%) à l’indiquer parmi les bénéfices du télétravail.

Toutes ces vertus bienfaitrices sur la QVT et la productivité des salariés, ne doivent néanmoins pas occulter les risques cachés qu’une pratique du télétravail non raisonnée et mal accompagnée peut provoquer.

Le télétravail, une pratique à double tranchant.

La pratique du télétravail est loin d’être un fleuve tranquille. Si le télétravail comporte de nombreux avantages, il génère également des risques à prendre en compte. C’est le revers de la médaille. 

Alors qu’il doit permettre de mieux concilier vie professionnelle et vie de famille et de mieux gérer son temps, le télétravail peut produire l’effet inverse. Pour 60% des salariés, le télétravail engendre un empiétement de la vie pro sur la vie perso, 47% d’entre eux citent la surcharge de travail comme un des risques et 51% le risque d’addiction au travail. Ainsi au lieu de mieux fixer la limite entre la sphère privée et professionnelle, il la rend poreuse en faisant déborder le travail au-delà de la frontière que le salarié souhaite édifier entre son travail et sa vie. Ce brouillage des frontières est d’ailleurs facilité par l’absence d’espace dédié au travail : plus de la moitié des télétravailleurs ne possèdent pas d’un lieu spécifique pour télétravailler.

Travailler à domicile n’est également pas sans danger sur la santé physique et psychologique. 42% des salariés citent le risque de sédentarité, de mauvaises postures et 54 % d’entre eux craignent la perte de lien social, l’isolement. Crainte partagée à 46% par les dirigeants.

Bref, alors qu’il était la solution, le télétravail devient le problème. D’où la nécessité de bien le préparer et l’accompagner. Car si télétravailler revient à apprendre à travailler autrement, il implique également à manager autrement.

Et si les deux sont réunis, le 100% télétravail peut parfois même être envisagé sans que cela ne remette en question le sentiment d’appartenance à l’entreprise.

A l’école du télétravail ou la formation nécessaire des « télémanagers »

Manager à distance des collaborateurs non présents sur leur lieu de travail, s’assurer que le travail est bien fait, maintenir le lien avec l’équipe, représentent les principaux freins au déploiement du télétravail dans les entreprises. 56% des dirigeants citent les difficultés managériales en haut de la liste des inconvénients.

Quant aux premiers concernés, les managers, si plus de la moitié reconnaisse les difficultés liées à l’organisation du travail, ils voient surtout dans le télétravail, l’opportunité de renouveler leurs pratiques managériales. Ainsi, pour plus de 8 managers sur 10, le télétravail implique de repenser le maintien des liens collectifs et la façon de déléguer et contrôler les taches. Cette organisation du travail à distance nécessite des relations de confiance et surtout la capacité des managers à détecter les personnes aptes à gérer la situation de télétravail.

D’où la question de la formation des « télémanagers ». 85 % des managers qui encadrent des télétravailleurs estiment qu’il est nécessaire de former les managers à ces nouvelles pratiques. Aujourd’hui, ils ne sont que 31% à bénéficier d’accompagnement spécifique. Certaines entreprises ont été précurseurs sur ce sujet, comme Orange qui a mis en place un accompagnement adapté depuis longtemps.

Le télétravail ne se décrète pas, il se construit, se prépare, s’apprend. Ce nouveau mode de travail a le mérite de booster la performance et d’améliorer la santé des salariés et la qualité de vie au travail, à condition d’être accompagné par l’entreprise : formation des managers et des salariés, évaluation régulière des bénéfices et des inconvénients, durée maximale à fixer… L’enjeu pour l’avenir : créer les conditions de réussite du télétravail et du management à distance qu’il implique.

[1] Etude de perception réalisée par Malakoff Médéric Humanis en partenariat avec l’IFOP du 30/11/2018 au 11/12/2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1 604 salariés (dont 581 managers) et 401 dirigeants d’entreprises d’au moins 10 salariés.


http: //www.lecomptoirmm.com/management-rh/le-teletravail-au-coeur-de-la-revolution-manageriale/


Pourquoi vos collaborateurs vous quittent?

Publié le 1 mars 2019 à 8:30 Comments commentaires (1511)



15%, c’est le taux de turnover moyen en France mais beaucoup d’entreprises ont un taux bien plus élevé. Et quand cela est dû à un nombre important de départs, c’est un vrai problème. En effet, les départs de salariés peuvent d’abord avoir un coût financier important pour l’entreprise. Quand un collaborateur s’en va, il faut rechercher, recruter, intégrer et former quelqu’un pour le remplacer. Mais ce n'est pas tout, des départs peuvent aussi plomber le moral des équipes et peser sur leur charge de travail, désorganiser l’entreprise et ralentir voire empêcher sa croissance. Les raisons qui expliquent ces départs peuvent être nombreuses et pour comprendre la situation et y répondre efficacement, le mieux est de sonder ses équipes, demander à ceux qui restent comment ils se sentent, ce dont ils sont satisfaits et insatisfaits, ce dont ils ont besoin. Les sonder pour comprendre ce qu’il faut changer dans l’entreprise pour qu’ils s’y sentent mieux et plus engagés. Voici toutefois une liste non exhaustive de 9 raisons pour lesquelles les collaborateurs quittent leur entreprise.

Vos collaborateurs vous quittent….

1. Parce que leurs avis et leurs idées ne sont pas pris en compte

Vos collaborateurs ont des idées, des avis et ils ont besoin de pouvoir les exprimer et que leurs avis et leurs idées soient pris en compte. Si vous leur présentez un projet d’entreprise auquel ils n’ont pas participé, ils adhéreront moins facilement, ne se l’approprieront pas. Pour se sentir engagés, vos collaborateurs ont besoin d’être impliqués, de participer, de co-construire, d’avoir leur mot à dire sur les changements qui les concernent.

2. Parce que la « promesse collaborateur» n’est pas tenue

Vous avez fait des efforts de marketing pour développer la marque employeur, pour attirer et recruter vos collaborateurs, en mettant en avant les valeurs « cool » de votre entreprise, en vous présentant comme un environnement où tout le monde est « happy » et « beaux » comme sur un compte instagram. Cependant, la réalité est différente. Les valeurs exprimées, rêvées se sont pas nécessairement appliquées, les dirigeants ne sont pas exemplaires, les besoins fondamentaux des collaborateurs non pris en compte et il faudra peu de temps à vos nouvelles recrues pour s’en rendre compte. Ce décalage fait mal.

3. Parce qu’ils ont trouvé mieux ailleurs

Aujourd’hui, les usages et comportements ont changé de manière significative. On est submergé d’informations, on compare, on regarde ailleurs, on observe la vie des autres sur les murs des réseaux sociaux personnels et professionnels et on zappe facilement d’un prestataire à un autre si l’offre est plus attractive ailleurs. De la même manière, les collaborateurs sont aussi prêts à zapper facilement d’un employeur à l’autre si l’offre semble plus intéressante, si l’herbe y semble plus verte, à tort ou à raison.

4. Parce qu’ils ont l’impression qu’il n’y en a que pour l’entreprise et pas assez pour eux

Les collaborateurs sont de plus en plus critiques vis-à-vis de leur entreprise et ils ne sont pas dupes. Court-termisme, recherche du profit pour l’actionnaire ou l’enrichissement des fondateurs qui souhaitent réaliser dès que possible une pirouette financière, partage inégal de la création de valeur. Et ils sont également critiques vis-à-vis des projets de transformation que vous leur proposez. Transformation digitale, machine learning, robotisation et automatisation qui visent à réduire les couts et remplacer la main d’œuvre pour augmenter les profits. Ils souhaiteront vous quitter s’ils pensent que le « deal » entre l’entreprise et les salariés est injuste et si l’humain n’est pas suffisamment pris en compte.

5. Parce qu’ils ne grandissent pas, ne progressent pas

Vos collaborateurs souhaiteront vous quitter s’ils pensent qu’ils n’ont plus de perspective de grandir chez vous. Et ce sentiment de ne pas pouvoir grandir ou progresser peut avoir plusieurs origines. Pas de promotions, pas de nouveaux postes, pas de nouvelles missions ou nouveaux projets, pas de nouvelles responsabilités, pas de mobilité dans l’entreprise, pas de nouveaux challenges, pas de formation, pas de nouveaux clients ou co-équipiers, pas de plan de carrière, pas de visibilité. No future.

6. Parce qu’ils ne sentent pas respectés, considérés, valorisés

La reconnaissance, voici un besoin fondamental pour tout homme et toute femme. Et vos collaborateurs attendent d’être respectés, reconnus, considérés au travail. Si ce n’est pas le cas, ils ne se sentiront pas bien chez vous. Quand on parle de reconnaissance, on peut parler du niveau de rémunération, d’avantages matériels, de titres ou de statuts mais pas uniquement. La reconnaissance, c’est d’abord le respect, sentir qu’on est valorisé en tant que personne, qu’on nous parle correctement, qu’on fait attention à nous, qu’on nous dit « bonjour », « comment ça va ? » et « merci ». C’est aussi la reconnaissance et la valorisation de ses efforts, de son travail, de ses résultats. C’est enfin l’impression d’être utile, d’être valorisé dans sa fonction dans l’entreprise.

7. Parce qu’ils ne trouvent pas de sens dans leur travail

Vos collaborateurs sont à la recherche de sens, dans leur vie et dans leur travail. Ils ont besoin de savoir que ce qu’ils font a de l’impact, est utile, est important. Si le projet d’entreprise n’est pas clair ou ne les inspire pas, ils se désengageront. Ils ont aussi envie de travailler dans une entreprise qui a un impact positif sur le monde. Et au-delà du projet d’entreprise, ils pourront vous quitter également pour donner un nouveau sens à leur vie, se réinventer, changer de carrière et trouver une activité plus en phase avec leurs aspirations et leurs valeurs.

8. Parce que leur manager n’est pas un coach

Beaucoup de salariés quittent leur entreprise à cause de leurs managers. « Manager » est une fonction difficile et les attentes des collaborateurs à l’égard de leur manager sont fortes aujourd’hui. Les collaborateurs attendent de leur manager qu’il ait une posture de coach, qu’il les encourage, qu’il soit bienveillant, à l’écoute, qu’il leur donne régulièrement du feedback sur leur travail et leur performance, qu’il les aide à trouver des solutions, qu’il favorise la transparence dans leurs échanges, qu’il les fasse grandir et progresser continuellement, qu’il s’intéresse à leur développement professionnel et à leur développement personnel, qu’il sollicite et prenne en compte leurs points de vue, leurs avis et leurs ressentis.

9. Parce qu’ils avaient déjà prévu de vous quitter en vous rejoignant

Vous ne le saviez pas mais ils avaient déjà prévu de vous quitter en vous rejoignant. Les nouvelles générations n’imaginent pas nécessairement une carrière linéaire et ne projettent pas de rester longtemps dans une même entreprise. Ils préfèrent vivre une série d’expériences. Ce n’est pas vous, c’est eux. Ils ont besoin de changements, de nouveauté, de diversité et veulent pouvoir passer à autre chose quand ils le souhaiteront. Enseignant en master en école de commerce, j’ai demandé à mes étudiants combien de temps ils envisageaient de rester chez leur prochain employeur. 70% d’entre eux m’ont répondu entre 2 et 3 ans…

Rédigé par  https://www.linkedin.com/in/chouraquidavid

A VOTRE ECOUTE

Publié le 27 février 2019 à 10:20 Comments commentaires (1666)



"Ce qui m'anime, aider les autres à progresser en apportant mes compétences et mon savoir-être:


De formation en Sciences de l'éducation et de la Psychosociologie du développement terminée en 2004, je suis amené au coaching en 2016 par l’enseignement de la maitrise vocale dans les médias (TV, radio) et de la gestion du stress en entreprise. (gestion de crise, incompatibilité d'humeur, manipulation, burn-out, isolement ...)


Ma mission est de contribuer à votre épanouissement et votre bien-être personnel et professionnel.

De la sophrologie à la psychologie en passant par le comportementalisme et le coaching vocal, j'utilise l'ensemble des méthodes et outils existants et validés par le collège de la profession pour vous aider à vous voir autrement afin d'agir pour votre bien-être."


[email protected]




Choisissons nos combats

Publié le 27 février 2019 à 4:05 Comments commentaires (1678)




« Choisissons nos combats. Désactivons les notifications sauvages et inutiles. Sortons internet de notre chambre. Sortons le journal télévisé de notre repas du soir, n'invitons pas un marchand de mort à notre table. Cette grand messe traditionnelle est bien la preuve que nos parents et grands- parents ne sont pas plus malins que nous. Les « informateurs » ne sont plus grand chose d'autre que des vendeurs de pubs. Ils savent nous rendre accro. Sortons-les de chez nous. On est en 2019, nous serons bien assez harcelés de messages nous dictant ce que nous devrions être, faire, dire, désirer et craindre dès que nous mettrons les pieds dehors.


Ces grands débats stériles dont on est particulièrement friands en France détournent notre attention de ce qui fera vraiment bouger les choses : la responsabilité individuelle. Dans un pays qui encourage la médiocrité, la victimisation et la jalousie à tour de bras, que chacun balaie devant sa porte et tout le monde se portera mieux. On ne vivait pas mieux avant, on n'a pas non plus tout fait pour améliorer le système à notre petit niveau. »


Le livre "Bonheur 3.0 - S'épanouir au 21ème siècle" est disponible maintenant aux formats papier et numérique :

https://lnkd.in/dUT7DBF

13 Citations de Simone DE BEAUVOIR à ne pas oublier

Publié le 26 février 2019 à 18:05 Comments commentaires (1544)


Simone de Beauvoir a tout au long de sa vie lutté pour la condition féminine. Voici 10 citations signées par cette femme à ne jamais oublier.

Par ses mots et son franc parler, Simone de Beauvoir a su faire avancer la condition des féminines. Elle a réussi à se détacher de l’éducation traditionnelle et catholique reçue pendant son enfance. Elle répétait sans cesse à son père qu’elle avait un « cerveau d’homme » et l’un de ses ouvrages est la fondation des premiers mouvements féministes, Le Deuxième Sexe, publié en 1949.

Un ouvrage dans lequel elle prône l’émancipation de la femme et prouve avec énormément de méthode à quel point la gent féminine se trouve être l’aliénée de l’homme.

Ses citations sont le reflet du combat pour les droits des femmes, que nous ne devrions jamais oublier.

« Ça ne rapproche pas, le téléphone, ça confirme les distances. » La Femme rompue (1967)

« On ne naît pas femme : on le devient. »

« Une femme libre est exactement le contraire d’une femme légère »

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

« Je suis un intellectuel. Ça m’agace qu’on fasse de ce mot une insulte : les gens ont l’air de croire que le vide de leur cerveau leur meuble les couilles. » 

« L’amour maternel n’a rien de naturel. »

« La femme est vouée à l’immoralité parce que la morale consiste pour elle à incarner une inhumaine entité : la femme forte, la mère admirable, l’honnête femme etc. »

Simone de Beauvoir Google doodleGoogle Doodle: Simone de Beauvoir

« Une femme qui n’a pas peur des hommes leur fait peur, me disait un jeune homme. »

« La femme n’est victime d’aucune mystérieuse fatalité : il ne faut pas conclure que ses ovaires la condamnent à vivre éternellement à genoux. »

« La femme est tout ce que l’homme appelle et tout ce qu’il n’atteint pas. ».

« Personne n’est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu’un homme inquiet pour sa virilité. »

« Le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance, mais le refus de savoir. »

« Autour de moi on réprouvait le mensonge, mais on fuyait soigneusement la vérité. » Mémoires d’une jeune fille rangée (1958 ).

Pensées d'Olivier de Kersauson

Publié le 25 février 2019 à 9:25 Comments commentaires (1462)

« Le jour où je vais disparaître, j'aurai été poli avec la vie car je l'aurai bien aimée et beaucoup respectée. Je n'ai jamais considéré comme chose négligeable l'odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis. Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés. Le passé c'est bien, mais l'exaltation du présent, c'est une façon de se tenir, un devoir.

Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l'on voudrait avoir, on ne s'émerveille plus de ce que l'on a. On se plaint de ce que l'on voudrait avoir. Drôle de mentalité! Se contenter, ce n'est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l'on a, c'est un savoir vivre. »

Olivier de Kersauson

Choc émotionnel

Publié le 25 février 2019 à 9:20 Comments commentaires (1402)



En la médecine chinoise, le choc émotionnel serait à l’origine de toutes les maladies

choc émotionnel

Le 30 Janvier 2018. Image crédit : Pixabay

Selon la médecine chinoise, le choc émotionnel serait à l’origine de toutes les maladies

Même dans la Chine ancienne, les médecins savaient que les émotions avaient un fort impact sur le corps humain.

Selon la médecine chinoise, la cause sous-jacente de toutes les maladies sont les émotions, et chaque organe possède ses propres émotions. Les poumons sont associés à la tristesse, le foie à la colère, les reins à la peur, l’estomac à l’inquiétude et ainsi de suite.

On appelle l’énergie Chi et elle est codépendante du sang, donc les médecins chinois disent que les sang est la mère de l’énergie et que l’énergie est le maître du sang.

Les reins sont l’un des organes les plus importants selon la médecine chinoise, car ils représentent la base du yin et du yang et sont l’un des centres énergétiques les plus importants de notre corps. Ils sont liés au système squelettique, à l’ouïe et à la peur. En traitant les reins, vous affectez tous les systèmes.

Le foie est lié au sang, il filtre le sang et est généralement traité en cas de troubles du cycle menstruel chez les femmes. 

Certains des symptômes de la dysfonction hépatique apparaissent sous forme de démangeaisons, de maux de tête et de vertiges. L’une des fonctions les plus importantes du foie est d’assurer un flux continuel d’énergie à travers notre corps, mais aussi de maintenir le flux de nos pensées. Si le foie fonctionne correctement, il ne devrait pas y avoir de stress ou de pression. Les gens avec un foie en bonne santé sont calmes, prennent des décisions facilement et font de bons leaders.


Voir également : LES CAUSES ÉMOTIONNELLES (OU INTERNE) EN MÉDECINE CHINOISE (MTC)

Les premiers signes de déséquilibre du foie sont liés à la colère, l’irritabilité, l’entêtement, l’anxiété, l’amertume, la violence... Si ces émotions ne sont pas exprimées et canalisées, elles peuvent conduire à la dépression ou à de fréquentes sautes d’humeur. Il existe également un certain nombre de symptômes physiques qui indiquent un déséquilibre du foie.

Les symptômes les plus communs de ce syndrome sont les problèmes menstruels, la fatigue, les tensions, la raideur du corps, les douleurs costales, les allergies, etc…

Comment et pourquoi les chocs émotionnels se produisent

Les émotions sont capables de provoquer différentes maladies, même chez les personnes fortes. Elles ont juste besoin de frapper l’endroit le plus sensible du corps pour provoquer un dysfonctionnement. Nous les appelons des maladies psychosomatiques ou « maladies de l’esprit ».

Nous ne pouvons pas toujours éviter les situations stressantes, nous sommes obligés d’affronter et d’essayer de les surmonter. Les gens utilisent différentes stratégies axées sur la résolution de problèmes.

Voir aussi : Les émotions selon la médecine chinoise

Sinon, les gens se tournent vers des stratégies d’adaptation axées sur les émotions, qui aident à réduire l’expérience stressante.

La pire chose à faire est d’éviter la confrontation qui, à long terme, augmente les niveaux de stress et accélère le développement de la maladie. Les maladies psychosomatiques peuvent être définies comme des maladies induites par le stress, avec des dommages permanents aux systèmes et aux organes du corps.

Une équipe de médecins et de psychologues a conclu que « l’amour et la souffrance passent par le coeur ». Cependant, d’autres organes du corps humain ne sont pas épargnés par les « attaques de l’âme. »

Cela signifie qu’une « âme blessée » affecte le plus souvent le système cardiovasculaire, respiratoire et digestif. Mais, souvent, les parties visibles du corps sont également exposées à de « fortes attaques de l’âme », comme, par exemple, la peau sur la poitrine, le dos et les bras.

Découvrez aussi : La Science identifie le système de l’autoroute de l’énergie (méridien) dans le corps humain

Les femmes sont plus touchées que les hommes

Les femmes sont plus souvent victimes de diverses maladies psychosomatiques. Cependant, elles sont enclines à croire que la cause de leur souffrance est d’origine psychologique.

Les zones du corps les plus sensibles

Les organes qui sont les plus affectés par les « attaques de l’esprit » sont :

Le dos : lorsque vous pensez que vous portez tous les fardeaux du monde sur votre dos, les douleurs les plus fortes et la tension apparaissent dans cette zone.

Le système respiratoire : vous êtes incapable de respirer ou vous respirez lourdement, vous étouffez et vous sentez que quelque chose bloque votre gorge, tous ces symptômes proviennent du monde extérieur et vous donnent des signaux clairs. Cela indique que certaines personnes, situations ou événements vous étouffent.

Article connexe : Comment les organes du corps sont-ils liés aux émotions ?

Le cœur : c’est l’organe qui est le plus fortement lié à notre vie émotionnelle et à la survie dans certaines situations. Quand vous vous préparez pour un rendez-vous, votre cœur bat fort, et quand vous êtes en compagnie d’un être cher, vous avez l’impression que votre cœur va sortir de votre poitrine.

Le système digestif : les personnes introverties et introspectives ont de gros problèmes avec le système digestif. Surtout ceux qui ont des problèmes de communication avec les autres souffrent le plus souvent de gastrite ou d’ulcère.

La peau : les éruptions cutanées, les boutons ou les taches sur le visage montrent qu’une personne « ne se sent pas bien dans sa peau. » Souvent, différentes maladies de peau indiquent indirectement que nous voulons rejeter certaines personnes ou la situation que nous avons dans la vie.

ÂAttention : nous rappelons que cet article est au conditionnel, qu’il n’a pas était prouvé scientifiquement que le choc émotionnel serait à l’origine de toutes les maladies


Magali Caille


Sources : https://health.howstuffworks.com/wellness/natural-medicine/chinese/traditional-chinese-medicine-causes-of-illness6.htm

et  https://www.chinesemedicineliving.com/philosophy/the-emotions/

et https://www.sacredlotus.com/go/foundations-chinese-medicine/get/causes-illness-7-emotions

et https://www.healthcommunities.com/traditional-chinese-medicine/alternative-medicine/tcm-causes-of-disease.shtml

18 Phrases de PAULO COELHO qui vous feront grandir

Publié le 25 février 2019 à 9:15 Comments commentaires (1532)

Paulo Coelho est l’auteur de «L’alchimiste«, «Brida», «Aleph», «Onze minutes» ou encore «Le manuscrit retrouvé».. Il a une manière bien à lui de captiver ses lecteurs et de les toucher de plein fouet. Il le fait de manière délicate, et leur fait voir de manière soudaine, quelque chose qui les laisse pensifs.

Le principal but de la vie c’est d’aimer.

Paulo Coelho, Le manuscrit retrouvé

Sa manière de jouer avec les mots fait de lui, sans aucun doute, un écrivain très particulier.

Ses enseignements et ses pensées ne laissent personne indifférent. Cet auteur exceptionnel va assurément vous faire réfléchir.

1- Parfois il faut choisir entre une chose à laquelle on s’est habitué, et entre une autre que l’on a envie de connaître.

Combien de fois avons-nous laissé passer une chance par peur de perdre certaines choses? La vie, c’est choisir un chemin. Depuis notre réveil jusqu’à notre coucher, nous faisons des choix, qui nous limitent ou qui nous ouvrent les portes de la vie.

2- Quand tous les jours sont ainsi semblables les uns aux autres, c’est que les gens ont cessé de s’apercevoir des bonnes choses qui se présentent dans leur vie tant que le soleil traverse le ciel.

Nous nous sommes habitués à vivre sans penser, et sans profiter. Nous sommes contaminés par le rythme infernal d’un présent qui, en nous présentant les choses toutes faites, détruit la magie du monde.

3- Lorsque tu grandiras, tu découvriras que tu as déjà menti, que tu t’es trompé toi-même et que tu as souffert pour des choses absurdes. Si tu es un bon guerrier, tu ne te culpabiliseras pas pour cela, mais tu ne laisseras pas tes erreurs se répéter.

Nous sommes les seuls animaux qui se blessent deux fois avec la même pierre. Se blesser n’est pas grave, mais le faire une seconde fois de la même manière peut être fatal. Les erreurs nous donnent une chance de grandir, pas de sombrer dans notre propre existence.

4- Elle n’avait pas peur des difficultés : ce qui l’effrayait, c’était l’obligation de devoir choisir un chemin. Choisir un chemin signifiait en abandonner d’autres.

Mantra

5- Si tu te préoccupes trop de découvrir ce qu’il y a de bon ou de mal dans ton futur, tu oublieras ta propre âme, tu te fatigueras et tu seras vaincu par l’énergie que tu as gaspillée en jugeant les autres.

Nous devons vivre notre propre vie, et cesser de juger les autres. Nous sommes tous notre propre chemin, et personne ne peut réellement voir qui nous sommes. Il faut cesser de rechercher à l’extérieur ce que nous portons en notre sein.

6- Il est facile de comprendre qu’il y a toujours dans le monde une personne qui en attend une autre, que ce soit en plein désert ou au cœur des grandes villes. Et quand ces deux personnes se rencontrent, et que leurs regards se croisent, le passé et le futur sont désormais sans la moindre importance, seul le moment présent existe.

L’amour est le sentiment le plus universel qui soit. Même si cela peut paraître parfois impossible, il y aura toujours une personne qui saura voir toute la beauté d’une autre.

7- Il n’existe pas d’amour paisible. L’amour s’accompagne toujours d’agonies, d’extases, de joies intenses et de tristesses profondes.

8- L’amour n’est pas dans l’autre, il est à l’intérieur de nous-mêmes, nous sommes les seuls à pouvoir le réveiller. Mais pour le réveiller, nous avons besoin de l’autre.

L’amour n’est pas un sentiment facile. Grâce à l’amour, nous parvenons à faire ressortir le meilleur, mais aussi le pire, de nous-mêmes. L’amour mérite qu’on se batte pour lui, et qu’on y mette de la joie. L’amour mérite tout.

9- L’amour commence par un regard, se décide avec un mot, se sent avec un baiser et se perd avec une larme. Des natures différentes naît l’amour. Dans l’adversité, l’amour donne de la force. Dans la confrontation et dans la transformation, l’amour préserve.

10- Celui qui est habitué à voyager sait qu’il est toujours nécessaire de partir un jour.

11- Je suis comme tout le monde : je vois le monde comme j’aimerais que les choses se passent, pas comme elles se passent réellement.

12- Un enfant peut apprendre trois choses à un adulte : à être content sans raison, à toujours être occupé par quelque chose, et à savoir exiger avec force ce qu’il désire.

13- Les défaites existent, et personne n’en est à l’abri. Mais il est mieux de perdre quelques combats dans la lutte pour nos rêves, que d’être défaits sans même savoir pour quoi l’on se bat.

14- Ce qui noie quelqu’un ce n’est pas le plongeon, mais le fait de rester sous l’eau.

15- Attendre fait mal. Oublier fait mal. Mais ne pas savoir quelle décision prendre est la pire des souffrances.

16 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort. Le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c’est le train, ce n’est pas la gare.

17 – L’élégance est la posture la plus adéquate pour que l’écriture soit parfaite. Il en va de même pour la vie : quand le superflu est écarté, l’être humain découvre la simplicité et la concentration. Plus simple et plus sobre est la posture, plus belle elle sera, même si au début elle paraît inconfortable.

18-Maintenant que je suis à la fin de ma vie, je laisse à ceux qui viendront après moi ce que j’ai appris en cheminant sur la terre. Qu’ils en fassent bon usage.

Paulo Coelho


Un discours qui fait réfléchir...

Publié le 24 février 2019 à 9:45 Comments commentaires (1511)

La Fondation Abbé Pierre a publié ce discours en ligne sur sa chaîne Youtube. Regardez donc son discours criant de vérité : 

« Ceux qui ont pris tout le plat dans leur assiette, laissant les assiettes des autres vides, et qui ayant tout disent avec une bonne figure, une bonne conscience « Nous qui avons tout, on est pour la paix ! », je sais ce que je dois leur crier à ceux-là : les premiers violents, les provocateurs de toute violence, c’est vous !

Et quand le soir, dans vos belles maisons, vous allez embrasser vos petits-enfants, avec votre bonne conscience, vous avez probablement plus de sang sur vos mains d’inconscients, au regard de Dieu, que n’en aura jamais le désespéré qui a pris les armes pour essayer de sortir de son désespoir.

Mais nous ne trompons pas, il n’y a pas de violence qu’avec des armes, il y a des situations de violences.

Il y a tel et tel peuple du monde que je connais très bien, où j’ai été tant de fois et où il n’y a plus aucune espérance pour la foule des plus petits. Aucune espérance d’apprendre à vivre. Et j’avais crié, vous les riches – il y a des riches qui sont honnêtement riches – vous avez le devoir de dépenser.

Ceux qui stockeraient dans des coffres de banque de l’or, des bijoux, qui les accumuleraient comme un trésor. Car la fortune dans les temps d’épreuve doit être partagée, venant au secours en créant des entreprises viables pour donner de l’emploi et du salaire. »

ABBÉ PIERRE

Aujourd’hui, l’Abbé Pierre n’est plus des nôtres pour manifester son indignation face à toutes les injustices qui ont lieu à travers le monde. Mais son message est toujours aussi puissant malgré les années qui ont passé.

«Tant qu’il existera la misère, aussi longtemps que régnera l’exclusion, nous ne connaîtrons ni la paix de l’âme, ni la paix, ni la joie du cœur !»


You need Adobe Flash Player to view this content.


Quelle potion boiriez-vous ?

Publié le 24 février 2019 à 9:45 Comments commentaires (747)

Une potion est un médicament magique utilisé pour divers motifs.

Pendant des siècles, les alchimistes, les magiciens et les sorcières ont essayé d’élaborer des potions qui pourraient rendre leur vie plus facile ou plus intéressante.

Le but d’une potion peut ainsi révéler ce que vous désirez le plus et ce à quoi votre esprit aspire. En tant que liquide, les potions correspondent à l’élément de l’eau, ce qui est lié à nos émotions et à nos désirs et à nos peurs les plus profondes.

Quelle potion boiriez-vous ? 

Voici donc un test qui peut vous aider à comprendre ce que votre esprit recherche en ce moment:


1. La potion verte – Rester jeune pour toujours

Votre soif de vouloir rester jeune peut être due à votre désir de réconciliation avec vos choix passés. En restant jeune, vous avez ainsi le temps et Il est également essentiel de comprendre que chaque décision vous a conduit à vivre une expérience à laquelle vous étiez destiné et que tout dans la vie a une raison d’être.

Le passé est le passé et le moment présent est tout ce qu’il y a. Vous avez la chance de changer votre chemin. Il est important de faire le choix et de le faire maintenant.

Ne laissez pas l’âge être un facteur, pensez au-delà de tout cela. En effet, la vertu la plus importante est de comprendre que l’harmonie réside dans la beauté.


2. La potion bleue – Respirer dans la mer

Aimeriez-vous devenir une sirène? En devenant sirène, on s’échappe de ce monde.

Vous pourriez avoir des problèmes avec les engagements. Cela peut être dû à une expérience qui a épuisé votre énergie et tout ce que vous désirez. Le désir de devenir sirène montre que vous voulez vous libérer de vos sentiments d’enfermement et de la toxicité des personnes et des relations.

Une façon d’alléger ce fardeau est de sortir de votre zone de confort en rencontrant de nouvelles personnes ou en partant en vacances dans un endroit nouveau qui peut aider à renouveler la magie qui vit en vous.


3. La noire – Devenir invisible

Cette potion vous rend invisible sans vous faire remarquer au monde.

En devenant invisible, vous êtes libre de faire ce que votre cœur désire, sans jugement ni critique.

Il se peut que vous soyez fatigué du monde qui vous entoure et que vous vous sentiez piégé par les règles que la société a imposé dans votre vie.

D’autre part, vous ne devriez pas vous laisser guider par les idéaux des autres et vous devriez apprendre à établir vos propres règles. Ainsi, ces règles peuvent servir de manteau d’invisibilité pour conquérir le monde.


4. La potion rouge – Avoir le pouvoir sur le feu

La capacité de contrôler le feu avec l’esprit est appelée la pyrokinésie.

Le feu est certainement l’une des formes d’énergie les plus pures et nos émotions les plus fortes sont liées au feu.

En voulant contrôler le feu, il se peut que vous ayez des émotions qui se déchirent en vous et que vous ne puissiez peut-être pas les contrôler. L’amour, la colère, la peur, l’excitation sont toutes des émotions qui peuvent brûler en vous.

La meilleure technique pour vous aider à contrôler vos émotions est d’abord de comprendre la source de l’émotion, pourquoi vous l’avez laissée vous contrôler. Pensez au filtre émotionnel à travers lequel vous regardez le monde. Ensuite, recadrez vos pensées pour développer une vision plus réaliste.

Avec le temps et l’attention que vous consacrerez à la régulation de vos émotions, vous deviendrez mentalement plus fort. Cela vous permettra ainsi d’avoir confiance en votre capacité de gérer les malaises tout en sachant que vous avez la possibilité de faire des choix sains qui changent votre humeur.


5. La violette – La téléportation

Cette potion magique violette vous permet de vous téléporter n’importe où dans le temps ou l’espace.

Mais pourquoi voudriez-vous vous téléporter ? C’est peut-être votre désir de trouver votre véritable but dans la vie.

Cette potion violette signifie donc que vous avez besoin de prendre du temps pour vous, afin d’évaluer qui vous êtes vraiment en ce moment.


Voulez-vous rester ? Ou voulez-vous partir ?

Vous avez besoin d’explorer plus et c’est bien. Ainsi, en regardant à l’intérieur de vous, vous trouverez les réponses que vous cherchez pour continuer votre chemin.

D'après un conte indien

Publié le 24 février 2019 à 9:40 Comments commentaires (906)

D’après un conte indien : Les deux jarres et le porteur d’eau

Un petit conte, que j’aime beaucoup, pour bien nous rappeler que nous sommes parfaits et importants tels que nous sommes, là où nous sommes, même si la société nous dit le contraire. Aimons et soyons notre singularité et respectons celle des autres. Bonne lecture !

Le porteur d’eau avait deux grandes jarres, suspendues aux 2 extrémités d’une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules.

L’une des jarres conservait parfaitement toute son eau de source jusqu’à la maison du maître. L’autre jarre avait un éclat et perdait presque la moitié de sa précieuse cargaison en cours de route. Chaque jour, le porteur d’eau ne livrait qu’une jarre et demi d’eau à chacun de ses voyages.

La jarre parfaite était fière d’elle, puisqu’elle parvenait à remplir sans faille sa fonction du début à la fin.

La jarre abîmée avait honte de son imperfection et se sentait déprimée parce qu’elle ne parvenait à accomplir que la moitié de ce qu’elle aurait voulu faire. Elle vivait cela comme un échec permanent. Au bout de deux années, la jarre endommagée s’adressa au porteur d’eau, au moment où celui-ci la remplissait à la source.

« Je me sens coupable, j’ai honte et je te prie de m’excuser. »

« Pourquoi ? » demanda le porteur d’eau. « De quoi as-tu honte ? »

« Depuis 2 ans, à cause de cet éclat qui fait fuir l’eau, je n’ai réussi qu’à porter la moitié de ma cargaison d’eau. Par ma faute, et malgré tous tes efforts, tu ne livres à notre maître que la moitié de l’eau. Tu n’obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts », lui dit la jarre abîmée.

Touché par cette confession, et plein de compassion, le porteur d’eau répondit : « Pendant que nous retournons à la maison du maître, je te demande de regarder les fleurs magnifiques qu’il y a au bord du chemin ».

En montant la colline, la vieille jarre pu voir sur les bords du chemin, de magnifiques fleurs baignées de soleil. Cela lui mit du baume au cœur. Mais à la fin du parcours, elle se sentait toujours aussi mal parce qu’elle avait encore perdu la moitié de son eau.

Le porteur d’eau dit à la jarre « Tu t’es rendu compte qu’il y avait de belles fleurs uniquement de ton côté, et presque aucune du côté de la jarre parfaite ? J’ai toujours su que tu perdais de l’eau, et j’en ai tiré parti. J’ai planté des semences de ton coté du chemin, et chaque jour tu les as arrosées. Grâce à toi, pendant 2 ans, j’ai pu cueillir de magnifiques fleurs pour décorer la table du maître. Sans toi, jamais je n’aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et aussi belles. »

Nous sommes tous des jarres abîmées ou ébréchées, avec des éclats, des blessures, des défauts. Trop jeune ou trop vieux, trop ou pas assez intelligent, trop grand ou pas assez grand, trop gros ou trop maigre… Ce sont les éclats, les défauts en nous qui rendent nos vies intéressantes et exaltantes.

Prenons les autres tels qu’ils sont, et sachons voir ce qu’il y a de bien et de bon en eux. Il y a beaucoup de positif partout. Il y a beaucoup de bon et de bien en vous ! Appréciez les gens différents qui peuplent votre vie ! Car sans eux, la vie serait bien triste. Sachez aimer vos imperfections !

Empathie et compassion

Publié le 24 février 2019 à 9:40 Comments commentaires (27)

Empathie et compassion : être capable d’aider les autres sans porter de jugement 

Porter un jugement sur les autres met dans une position de supériorité que personne ne peut se vanter d’avoir atteint. Si vous pratiquez l’empathie dans toutes les situations de la vie que vous rencontrez, non seulement vous vous permettez de juger les autres, mais vous leur refusez le soutien dont ils ont besoin pour sortir de leur situation.

La première étape pour aider la personne est de refuser de faire preuve d’empathie

Il est noble de vouloir vous mettre dans la peau d’une autre personne, de ressentir sa douleur et de vivre la vie de son point de vue. C’est ce qu’on appelle l’empathie, une qualité qui a le pouvoir de transformer le monde.

L’ironie de cette qualité est qu’elle vous place dans une position de jugement. C’est le jugement involontaire car le cœur ne veut pas voir le négatif dans le caractère d’une personne, mais le négatif dans les circonstances.

Une bonne personne ne peut pas être sans empathie et c’est ce que le monde attend de nous. Si vous ne semblez pas comprendre ce que l’autre personne traverse, on vous considère comme froid et impitoyable.

Même si l’empathie vise à comprendre toutes les circonstances humaines de la même façon, nous montrons plus d’empathie à nos amis proches et à nos parents.

Si vous ressentez de l’empathie pour tous ceux que vous rencontrez, vous vous mettez dans une situation difficile où vous ressentez les émotions qui accompagnent chaque situation.

L’empathie devient plus prononcée si vous voyez quelqu’un traverser la même situation que vous dans le passé. Cela peut-être une situation qui n’a pas encore été totalement résolue, ce qui peut faire resurgir de fortes émotions.

Si vous avez vécu une situation qui arrive à une autre personne, vous pensez que vous être mieux préparé pour faire preuve d’empathie avec elle car vous avez élevé les vibrations de cette énergie négative.


Le jugement dans l’empathie

Le jugement dans l’empathie vient du fait que vous aviez porté un jugement sur la situation, quand elle vous est arrivée et quand elle se produit une nouvelle fois, même si c’est à une autre personne, vous portez le même jugement.


Nous devrions à tout prix éviter de juger les êtres humains. En essayant de faire preuve d’empathie avec les autres, non seulement cela affaiblit votre force émotionnelle , mais vous perdez également votre connexion avec la divinité , qui pourrait effectivement être utile pour aider l’autre personne à guérir.

L’ âme humaine assimile l’ empathie à la compassion qui, en réalité, décide de ce que l’ autre personne ressent et essaie ensuite de mettre votre cœur et votre esprit exactement dans le même état.

L’univers a canalisé les énergies positives là où il y a des pensées positives. Si la victime et la personne empathique venaient à tomber dans un état de basses énergies et qu’ils en souffraient par conséquent, il n’y aurait personne pour aider l’autre à sortir de cet état.

Faites-le!

Être trop compatissant vous fera forcément trop réfléchir aux problèmes de ceux que vous voulez aider, ce qui vous fera analyser les circonstances qui les ont amenés là où ils en sont. Et, tôt ou tard, vous les jugerez pour avoir pris de mauvaises décisions.

Non seulement vous ne connaissez pas la situation dans son ensemble, mais cela ne vous regarde tout simplement pas .

Le seul moyen de sortir de ce cycle est de refuser délibérément d’être plus compatissant, empathique et de porter un jugement. Ne réfléchissez pas trop pour aider quelqu’un , contentez-vous de le faire.


Rss_feed

0